Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle

Doctorat

Doctorants

  • Titre de la Th├Ęse: Rire du monstre et lyrisme difforme : Poétique de la modestie humaine dans Les Chants de Maldoror d’Isidore Ducasse et Les Amours jaunes de Tristan Corbière

Gabrielle Veillet

Rire du monstre et lyrisme difforme : Poétique de la modestie humaine dans Les Chants de Maldoror d’Isidore Ducasse et Les Amours jaunes de Tristan Corbière, sous la direction de Henri Scepi.

Cette thèse se propose de définir et d’étudier les rires paradoxaux qui résonnent dans les œuvres d’Isidore Ducasse et de Tristan Corbière. À la charnière des années 1860-1870, marginaux et indifférents aux préoccupations du Parnasse dont ils moquent les valeurs, ces deux poètes incarnent en effet des pratiques dissidentes et singulières. Les Chants de Maldoror de Lautréamont (1869) et Les Amours jaunes de Tristan Corbière (1873) font émerger un rire nouveau et ambigu qui promeut un risible monstrueux capable de conjuguer le rire et les larmes, le comique et le lyrique, en s’érigeant en quête métaphysique tout autant qu’en principe poétique. La figure du monstre incarne cette poétique du difforme, tant sur le plan formel que sur le plan thématique. Étudier la façon dont les rires anomaux de Ducasse et de Corbière contribuent à fonder une poétique de la monstruosité, humaine comme artistique, c’est aussi mettre en valeur l’émergence d’une poésie modeste. Si les poètes, héritiers du « comique absolu » baudelairien, revendiquent le côté factice et effrayant de la création artistique débridée, ils s’affranchissent cependant de la notion de « surnaturalisme » chère au dandy : il n’est plus désormais question d’un quelconque idéal à atteindre par l’art, celui-ci ne peut et ne doit plutôt qu’être « modeste » et se contenter de se montrer « tel qu’il est », comme l’écrit Ducasse dans Les Chants. La thèse montrera qu’une fois la mimesis et le divin écartés par le recours à un rire monstrueux, la poésie s’adapte à des enjeux plus humains. 

Publications

Article
- « De la parrêsia de la philosophie cynique à la rage des “chiens de plume” : Corbière et Ducasse ou la poétique du (rire) factice », Cahiers Tristan Corbière, n° 5, Classiques Garnier, 2024, p. 85-104.

- « Des frontières du rire aux marges de la littérature. Le cas des Chants de Maldoror »,Cahiers Lautréamont, n°4, Paris, Classiques Garnier, 2022, p. 143-160.

Compte rendu
- « Les pratiques modernes du rire, par-delà les théories », [compte rendu de lecture de Daniel Grojnowski,  Les Rires d’hier et d’aujourd’hui. Par-delà Bergson, 2023], Acta fabula, vol. 24, n° 8, septembre 2023. Disponible en ligne

- « Esquisser le “vrai” Ducasse : l’analyse des réseaux sociaux contre le mythe », [compte rendu de lecture de Kevin Saliou, Le Réseau de Lautréamont. Itinéraire et stratégies d’Isidore Ducasse, 2021], Acta fabula, vol. 23, n° 5, mai 2022. Disponible en ligne